Approfondissement

Cycle d’Approfondissement

 

.

.

Cycle d’approfondissement I :  C.E.T.(Certificat d’Etudes Théologiques)

 

Cycle d’approfondissement II :  D.U.E.T. (Diplôme Universitaire d’Etudes Théologiques)

 

Cycle d’intégration : Baccalauréat canonique. Licence libre en Théologie

 

Ce cycle comporte six années d’études : CET (2 ans), puis DUET (2 ans), et licence (2 ans). Le programme se renouvelle entièrement chaque année, suivant un cycle de six ans. Chaque année permet d’obtenir 30 crédits.

Les cours ont lieu le mercredi ou le jeudi pour les langues bibliques, et le vendredi de 9h à 16h30 à Bayonne, Pau ou au Berceau à St Vincent-de-Paul pour les cours de théologie assurés par les enseignants de l’ATPA. Le programme inclut aussi pendant l’année 6 samedis à Pau et 2 cours de 2 jours consécutifs, vendredi-samedi au Berceau, assurés par des enseignants invités.

 

Il faut valider chacun des enseignements suivis pour avoir les crédits requis. Cela demande :

  • l’assiduité aux enseignements choisis (absence à un cours motivée et compensée par un travail personnel de rattrapage)
  • un travail personnel supervisé par l’enseignant par un contrôle écrit ou oral, ou bien par un travail écrit de validation (TEV) de 5 pages (ou 12 500 signes).
  • Ces TEV sont l’occasion pour l’étudiant de mettre en oeuvre la méthodologie nécessaire à la rédaction des devoirs de 10 pages (TEC) et du devoir long de fin de cycle (TEL)

 

Le Cycle d’approfondissement I (C.E.T.) peut s’obtenir en 2 ans après avoir :

  • obtenu 60 crédits (ECTS)
  • rédigé 3 travaux écrits de validation (TEV) choisis dans les 4 matières principales (exégèse, théologie dogmatique et fondamentale, sacrements, morale)
  • rédigé un devoir court (TEC I ) de 10 pages (25 000 signes) portant sur l’un de ces enseignements. L’étudiant reçoit 3 ECTS par devoir court (TEC)

 

Le Cycle d’approfondissement II (DUET) peut s’obtenir 2 ans après le CET. Pour le valider et obtenir les crédits requis (120 crédits ECTS soit 60 nouveaux crédits ECTS) il sera demandé :

  • 3 nouveaux écrits de validation (TEV) de 5 pages (ou 12 500 signes).
  • La rédaction d’un deuxième devoir court (TEC II) de 10 pages (25 000 signes) portant sur un autre enseignement principal.

 

Le Baccalauréat canonique pourra être décerné à la fin du Cycle d’intégration par l’Institut Catholique de Toulouse après deux années supplémentaires de cours.

Il sera demandé :

  • La validation des cours suivis pendant ces 2 années pour obtenir l’ensemble des crédits requis (60 nouveaux crédits ECTS).

La somme des 180 ECTS obtenus pendant tout le cursus comprendra obligatoirement 40 ECTS en théologie dogmatique et fondamentale, 24 crédits en exégèse, 16 ECTS en théologie sacramentaire, 10 ECTS en histoire et patristique, 10 ECTS en théologie morale et spirituelle, 8 ECTS en philosophie, 8 ECTS en langues bibliques (hébreu et grec), 4 ECTS en droit canonique.

  • La rédaction de 3 nouveaux devoirs de 5 pages (TEV)
  • La rédaction d’1 devoir long (TEL) de 30 pages (75 000 signes), qui doit favoriser l’approfondissent d’une question selon la méthodologie de la discipline choisie. L’étudiant obtient 6 ECTS
  • La soutenance orale d’un examen de synthèse consistant en un élargissement de la question traitée dans le TEL, intégrant de façon organique trois approches des grandes disciplines du parcours. Cet examen soutenu devant deux enseignants, l’un de l’ATPA et l’autre de l’Institut Catholique de Toulouse permet à l’étudiant de manifester l’appropriation de l’ensemble du parcours suivi.

 

Il n’est pas nécessaire de valider des cours en langues bibliques pour obtenir la licence libre en théologie.

 

Deux salles d’études sont mises à la disposition des étudiants pour leur permettre de travailler entre les cours, seuls ou en groupe : à la Maison diocésaine de Bayonne avec une bibliothèque propre à l’ATPA ; à Dax dans la proximité de la bibliothèque diocésaine.

Pour avoir de plus amples renseignements sur ce cycle, les validations et les enseignements proposés, se reporter au livret disponible au secrétariat de l’ATPA.

Début des cours : vendredi 2 octobre 2020

 

 

A Pau, au Centre Diocésain du Béarn :

 

  • Hébreu I

Marie Françoise MAREIN

Mme Marie Françoise MAREIN                                                                                           24h / 4 ECTS

12 Mercredis 14h30 – 16h30

7-14 octobre, 4 -18 novembre, 2-16 décembre 2020, 6-20 janvier, 3 février, 3-17 mars, 7 avril 2021

Ce cours s’adresse à tous ceux qui souhaitent découvrir l’hébreu biblique à travers les textes de l’Ancien Testament.. Il se fixe pour objectif de les initier à l’apprentissage de l’écriture et de la lecture, de leur faire découvrir, de façon simple et progressive, la structure de cette langue, et de leur faire apprécier dès le départ des textes authentiques écrits en hébreu et extraits de la Genèse, de l’Exode, du livre de Samuel, etc. Son but n’est pas de former des spécialistes mais de faire entendre, par l’immersion directe dans les textes, la pensée vivante de ce peuple qui a transmis de génération en génération sa foi en un Dieu qui vient, sans se lasser, apporter à l’homme sa Parole libératrice.

 

 

  • Les Procès

Chanoine Benoît MERLY                                                                                                    12 h / 2 ECTS

4 Vendredis 9h – 12

16 octobre, 6 novembre, 4 – 18 décembre 2020

L’Église catholique possède une organisation et un système de tribunaux aux compétences distinctes et définies parce qu’existe un pouvoir juridictionnel donné aux évêques. Ces derniers, outre le pouvoir administratif et le pouvoir législatif, possèdent celui de dirimer les conflits, ce qui est précisément le rôle des procès et des procédures qui leur sont assimilées. Si le procès pénal ecclésiastique connaît aujourd’hui un regain d’intérêt, si existent aussi des procédures de contrôle des actes administratifs dans l’Église, il convient de s’attacher aussi, et principalement, à l’occasion de ce cours, à l’ensemble des procédures liées au mariage, déclarations de nullité et dissolutions

 

 

  • Qu’est-ce que la théologie du corps ?

L.-M.-Rineau-prof-atpa atpa louis marie rineau théologie professeur

Abbé Louis-Marie RINEAU                                                                                                12 h / 2 ECTS

4 Vendredis de 13h30 – 16h30

16 octobre, 6 novembre, 4 – 18 décembre 2020

On entend souvent parler de « théologie du corps ». Il n’est pas rare que l’expression renvoie à l’enseignement de saint Jean-Paul II, mais sans qu’on en connaisse toujours bien le contenu, faute d’en avoir scruté les racines. Il s’agira donc dans un premier temps de partir à la découverte des puissants courants de pensée qui en sont la matrice, qu’ils soient scripturaires ou théologiques (voire philosophiques), d’hier ou d’aujourd’hui. On sera alors à même, dans un second temps, d’en mieux comprendre le sens et la portée éthiques.

 

 

  • Qu’est-ce que la théologie :  nature, finalités et modalités de la connaissance théologique.

Père Henry DONNEAUD                                                                                                    12 h / 2 ECTS

2 samedis 9h-12h ; 13h30 – 16h30

17 octobre et 12 décembre 2020

Dans le but d’initier les étudiants à la pratique de la théologie, le cours s’attachera d’abord à définir la nature, les conditions et les raisons d’être de la connaissance théologique. Une mise en perspective historique aidera à situer l’intelligence de la foi dans la pratique concrète et multiforme du « service de la Parole » (Ac 6, 4) au sein de la mission de l’Église. Une approche méthodologique permettra enfin de préciser les règles et modes de procéder d’une investigation théologique à la fois scientifique et croyante, inventive et fidèle.

 

 

  • Le mystère de l’Église

Abbé Jean ARFEUX

Abbé Jean ARFEUX                                                                                                              24h/ 4 ECTS

4 Samedis 9h-12h; 13h30 – 16h30

7 – 21 novembre, 5 – 19 décembre 2020

Pour aborder le mystère de l’Église le cardinal Journet a cette comparaison suggestive : « il y a trois regards qu’on peut lever sur Jésus, et par conséquent trois regards qu’on pourra lever sur l’Église ». Il y a un premier regard qui est celui de l’homme de la rue « où l’Église est vue en surface, comme une communauté humaine parmi d’autres communautés humaines ». Il y a un deuxième regard, plus pénétrant où l’Église est « vue en profondeur, comme une communauté humaine de qualité exceptionnelle, voir comme un miracle moral. » Il y a enfin un troisième regard, plus profond, celui de la foi. De ce point de vue l’Église est perçue « à l’étage des réalités révélées, qui seules la manifestent adéquatement, elle est, non plus vue par la raison, mais crue par la foi divine, et apparaît […] comme un mystère ». Voilà le point de vue du théologien. Voilà le regard que nous voulons porter sur le mystère de l’Église dans le cours que nous proposons. Il n’exclut pas les deux premiers, il les assume dans la lumière plus haute de la Révélation telle qu’elle est communiquée par l’Écriture, la Tradition et le Magistère.

 

 

 

A Bayonne, à la Maison Diocésaine :

 

  • Grec I

Catherine-Putz-vignette-atpa-prof prof atpa théologie études

Mme Catherine PUTZ                                                                                                         24h / 4 ECTS

12 jeudis de 14h – 16h

8-22 octobre, 5 – 19 novembre, 3-17 décembre 2020, 7-21 janvier, 4-25 février, 4-18 mars

Découverte et apprentissage systématique de la langue du Nouveau Testament: alphabet, vocabulaire, acquisition méthodique des formes les plus courantes, permettant l’entrée progressive dans la lecture des textes originaux, l’initiation aux problèmes de traduction et une initiation aux méthodes de lecture menant à l’exégèse.

 

  • Un siècle d’histoire de l’Église : de la révolution française à Rerum novarum

Etienne ROUSSEAU-PLOTTO                                                                                              12h / 2 ECTS

2 Samedis de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30

10 octobre, 14 novembre 2020

À la fin du XVIIIe siècle, l’Église catholique est confrontée aux événements complexes de la Révolution française qui bouleversent l’Europe. Elle apparaît à certains comme une force hostile, à d’autres comme un rempart contre les désordres. Très affaiblie, elle profite cependant de la réaction voulue en 1814 par la Sainte-Alliance (composée pourtant de l’Autriche catholique, de la Prusse luthérienne et de la Russie orthodoxe) pour se relever, établir de nombreux concordats, et affirmer son importance dans la vie politique, sociale et culturelle. Elle connaît un renouveau aussi bien en Europe que dans le monde avec l’essor extraordinaire des œuvres missionnaires. La Papauté, bien que vue comme un facteur d’obscurantisme par toutes les opinions libérales en pleine révolution scientifique, sociale et économique (industries), est un élément d’unité spirituelle confronté à la perte de sa puissance temporelle. Le culte marial se développe à travers les apparitions reconnues officiellement en particulier celles de Lourdes. De grands papes se succèdent et malgré l’interruption du Concile de Vatican en 1870, la place de l’Église et la piété sont favorisées par le règne de Léon XIII qui autorise le ralliement à la république et publie en 1891 une encyclique majeure dans l’histoire : Rerum novarum, pour s’opposer au capitalisme et au socialisme inhumains.

 

 

  • Les Prophètes

Père-Michel-Garat

Abbé Michel GARAT                                                                                                           24h / 4 ECTS

8 Vendredis 9h-12h

15 janvier, 26 février, 5-19-26 mars, 30 avril et 7-21 mai 2021

Le prophétisme accompagne toute la réflexion biblique depuis les temps reculés du prophétisme ancien avec Élie et Élisée, prophètes non écrivains dont l’histoire est rapportée dans les Livres historiques par le courant deutéronomiste, jusqu’aux prophètes connus par des écrits qui leur sont attribués : les grands prophètes (Isaïe, Jérémie, Ézéchiel) et les douze petits prophètes (Amos et Osée …. Malachie), dont la prédication s’étale grosso modo entre le 8° et le 4° siècle avant Jésus Christ. Le cours s’attachera à découvrir ces champions de l’Alliance, en lisant oracles de salut et oracles de jugement à la fois comme œuvres littéraires et précis de théologie adaptés à l’époque où ils vivaient. La prophétie cède peu à peu le pas au courant apocalyptique déjà chez Ézéchiel mais surtout en Daniel pour s’épanouir au temps du Christ (1er siècle av. et ap. J.C). « Il n’y a plus de prophètes en Israël ! » regrettaient les sages d’Israël. Mais le genre apocalyptique, n’est-ce pas la reprise du genre prophétique sous une autre modalité?

 

 

  • Eucharistie

Abbé Jean René PREDAIGNE                                                                                              24h / 4 ECTS

8 vendredis de 13h30 à 16h30

15 janvier, 26 février, 5-19-26 mars, 30 avril et 7 -21 mai 2021

« L’Eucharistie est la source et le sommet de la vie chrétienne. » (LG n°11)

L’Eucharistie ne fait pas nombre avec les autres sacrements, elle en constitue le centre. Le cours montrera l’enracinement de l’Eucharistie dans l’histoire et la foi d’Israël et présentera l’enseignement du Nouveau Testament. Il mettra en relief, dans la patristique, l’histoire du dogme et la réflexion contemporaine, les différents aspects de ce mystère avant de tenter une synthèse doctrinale.

 

 

 

Le Berceau (Landes) :

 

  • Session interdisciplinaire ouverte à tous

« La création tout entière soupire » (Rm. 8, 22) 

Les défis d’un monde à naître : enjeux et responsabilités pour tous.

Vendredi 22 et samedi 23 janvier 2021 : 9h -12h ; 13h30-16h30                                     12 h / 2 ECTS

2015 : Dans l’encyclique Laudato si’ le pape François proclame l’urgence d’une « conversion écologique » qui soit « intégrale », car « tout est lié ». 2020 : Une pandémie aux dimensions planétaires inédites, une « tempête inattendue et furieuse » nous oblige à nous rendre compte que « nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement » (Pape François, 27 mars 2020). Une fois la pandémie achevée, rien ne devra-t-il plus être comme avant ? Cette session interdisciplinaire voudrait proposer quelques critères de discernement à la lumière de l’Ecriture et des Pères, de la théologie et de la philosophie, de la liturgie et de l’histoire. Elle laissera également la parole aux acteurs de terrain, et au dialogue entre les uns et les autres à travers carrefours et tables rondes. Car « la grandeur, l’urgence et la beauté du défi qui se présente à nous » exigent « une nouvelle solidarité universelle » (Laudato si’, 14-15).

 

 

  • La Philosophie du vivant

Marc-Conturie-2. prof atpa théologie

Marc CONTURIE                                                                                                                12 h / 2 ECTS

4 Vendredis de 9h à 12h

2 octobre, 20 novembre 2020, 8 -29 janvier 2021

Le vivant est un objet privilégié de la philosophie de la nature. Bien que la biologie soit une science relativement récente, qui ne s’émancipe vraiment qu’aux XVIIIème et XIXème siècles (Buffon, Lamarck), on peut en faire remonter les prémices à l’Antiquité, avec Aristote en particulier. La philosophie du vivant se distingue cependant de cette science. Elle n’entre pas, dans l’analyse et la classification des espèces, mais s’attache d’abord à identifier ce qui constitue le vivant comme tel, cette catégorie englobant les manifestations les plus élémentaires de la vie, jusqu’aux plus complexes chez l’homme. On peut même prolonger métaphysiquement de telles observations en les appliquant par analogie à la vie des anges et à celle de Dieu, comme le fait saint Thomas d’Aquin. La philosophie du vivant s’intéresse en outre à la méthode scientifique des biologistes, aux enjeux éthiques qu’entraîne le rapport technique de l’homme à la vie, ou encore à l’évolution des espèces. Certains ouvrages contemporains (G. Canguilhem, F. Jacob, A. Pichot, E. Gilson) traitant de l’histoire de la connaissance du vivant sont incontournables. Plusieurs textes proprement philosophiques d’auteurs modernes (R. Descartes, E. Kant, H. Bergson) ayant précisément traité du vivant seront aussi étudiés. Nous espérons donner ainsi une vision générale des controverses, mais aussi des acquis objectifs, de la philosophie du vivant.

 

 

  • Les Pères des IIIème et IVème siècles

Isabelle-POMMEL-3 atpa théologie directrice

Mme Isabelle POMMEL                                                                                                     12 h / 2 ECTS

4 Vendredis de 13h30 à 16h30

2 octobre, 20 novembre 2020, 8 -29 janvier 2021

Aux IIIe et IVe siècles, l’Église est secouée par des vagues successives de persécutions et de graves crises internes. Période fondatrice où les Pères de cette époque se sont montrés les hérauts d’un christianisme ardent et missionnaire, sans éluder les problèmes politiques et sociaux. Nous verrons comment Tertullien a posé les fondements de la théologie trinitaire, et dans quel contexte Cyprien de Carthage a écrit le premier traité sur l’Église. Nous découvrirons en Origène un génie du christianisme au service de la Parole de Dieu, à la fois très grand théologien et maître spirituel. Enfin, Athanase d’Alexandrie nous montrera comment la défense vigoureuse de l’orthodoxie face à l’arianisme a pu se conjuguer avec un essor du monachisme qui féconda tout le monde chrétien.

 

 

  • Edith Stein : le chemin intérieur vers la vérité

Abbé Rickey-Ito THELUS

Abbé Rickey-Ito THELUS                                                                                                   12 h / 2 ECTS

Vendredi 9 et samedi 10 avril 2021 : 9h -12h ; 13h30-16h30

« Edith Stein avait cherché la vérité et avait trouvé Dieu » (saint Jean Paul II). Cette session nous introduira à l’enseignement philosophique et spirituel d’Edith Stein : d’origine juive, philosophe d’une finesse et profondeur intellectuelles indéniables, elle s’est laissé saisir par la vérité irrésistible du Christ. Nous retracerons, à travers les grandes lignes de sa pensée et sa vie, sa fascinante et singulière quête de vérité qui l’a conduit à frapper les portes du Carmel, devenant sœur Thérèse Bénédicte de la Croix. La vie et l’œuvre d’Edith Stein sont sans doute parmi les plus inspirantes pour notre temps. Son cheminement vers la sainteté dessine pour nous une véritable « philosophie de la conversion ». Ainsi, au long de ces deux journées à l’école d’Edith Stein, découvrirons-nous quelques repères pour retrouver les semences de la grâce du Père en nous, révélée dans le Fils, et nous ouvrir à la vérité dans l’Esprit.