L’Église bousculée : session interdisciplinaire

 

L’Église bousculée : session interdisciplinaire

 

Bousculée, l’Église l’est souvent : pour ses prises de position, pour les comportements de certains de ses enfants, pour les attitudes cléricales de certains de ses membres.

Pendant deux jours, les 25 et 26 janvier, nous étions près de 80 personnes, essayant de redécouvrir le mystère de cette barque en pleine tempête, en regardant ce qu’en disent la bible, et le droit canon, l’éthique et la spiritualité, l’histoire et la philosophie.
Pendant la première matinée, trois interventions suivies d’une table ronde : Exposé biblique du P. M. GARAT au titre évocateur, « Vogue la barque, souffle l’Esprit ». où il nous a montré comment, tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament l’homme est aux prises avec la convoitise, source de ses difficultés dans son rapport à l’argent, au pouvoir et à l’affectivité. L’Église est invitée par le Christ à vivre de son Esprit, seul capable de la renouveler.

Puis le P. L.-M. RINEAU, s’appuyant sur le chap. 3 de Lumen Gentium a abordé cette question : comment dois je me comporter pour accepter et suivre l’enseignement du magistère ? Différence entre un enseignement « définitif » qui n’est pas discutable et un enseignement « authentique » qui demande l’assentiment religieux de la volonté et de l’intelligence.
Enfin le Fr. Vianney DESLANDRES nous a montré que les questions qui bousculent l’Église aujourd’hui sont celles mêmes que se pose la société contemporaine. Mais force est de constater que face au scandale de la pédophilie, l’Église a bien des difficultés à se placer comme « experte en humanité » ! A l’écoute du pape François, essayons de nous ouvrir à ce que Dieu veut nous apprendre.

L’après midi, deux exposés suivis de travaux en ateliers : Maïté IRAZOQUI nous a proposé de suivre avec St Ignace « un chemin de liberté dans les exercices spirituels », puis le Dr LANUSSE-CAZALE nous a invités à « ne pas avoir peur » face aux problèmes soulevés par les questions de fin de vie, et de manipulations génétiques. Les ateliers suivis d’une table ronde ne purent épuiser les questions posées par des sujets si brûlants.

Le lendemain matin, Isabelle POMMEL nous a montré comment deux évêques des 1ers siècles, Cyprien de Carthage et Grégoire de Nazianze, ont affronté persécutions et hérésies en fondant leur enseignement et leur pastorale sur l’amour trinitaire.

Mgr PASSICOS a montré comment les institutions issues de Vatican II étaient à repenser dans le cadre de la « réforme » initiée par la pape François qui nous a alertés sur leur formalisme, et ce, dans la communion, et en tenant compte de la tradition de l’Église.

Ensuite, Marc CONTURIE a tourné sa réflexion sur l’Église visible et invisible selon Jacques Maritain qui qualifie l’Église de personne, ce qui permet de distinguer la sainteté de la personne Église du péché des personnes qui la composent.

L’après midi fut animée par Mgr SOUCHU qui a présenté quatre portes possibles pour entrer dans notre Église bousculée : la porte de l’institution, celle du peuple de Dieu, celle du bâtiment, et celle de l’Eglise visible et spirituelle. Après un échange fructueux en carrefours, Mgr Souchu nous a rappelé en conclusion que la porte qui nous conduit à la vie – l’unique porte – est le Christ .

 

Mgr Souchu nous propose quatre portes pour entrer dans l’Eglise bousculée ….
Table ronde du samedi matin avec P. Jean Passicos
Marc Conturie nous présente l’ecclésiologie de Jacques Maritain
Cyprien de Carthage et Grégoire de Nazianze, par Isabelle Pommel
L’eucharistie pour clore notre première journée

Dr Georges Lanusse-Cazalé

Le café rituel pour reprendre des forces avant les ateliers
fr Vianney Deslandres et L. M. Rineau

Catherine Putz et Maïté Irazoqui devant des participants attentifs

 

 

 

L’Église bousculée : session interdisciplinaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *